Fiche de travail 1

Xem chủ đề cũ hơn Xem chủ đề mới hơn Go down

Fiche de travail 1

Bài gửi  le thi phuong my on 30/11/2010, 11:05 pm

FICHE DE TRAVAIL No 1

Thème 1 : Enseigner et évaluer avec le référentiel des connaissances et des compétences.
---------------------------------------------------------

Nom et prénom de l’enseignant : LÊTHỊPHƯƠNGMỸ
Établissement : Lycée Quốc Học
Note :……………………………….Classement…………………………………………….
Remarques du correcteur :……………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………

Démarche :
1. Lecture individuel des documents référentiels concernés (envoyés par mail) : 17-24/10.
2. Séminaire (discussion) dans le groupe d’établissement ou par le regroupement proposé par CRF via l’internet  Chaque groupe fait un compte-rendu de synthèse signé par le chef de groupe : 25-31/10.
3. Travail personnel : répondre aux questions posées dans la fiche de travail (écrit en français) : 01-06/11.
4. Envoi du compte-rendu et le devoir personnel au CRF (par Internet) : avant le 8 Novembre 2010 pour l’évaluation.
5. Correction du devoir et envoi du résultat et de la synthèse du thème sur le forum : 15-30/11.

Réponses

Question 1 : Citez quelques applications du référentiel des connaissances et des compétences (RCC) que vous avez faites dans vos activités pédagogiques ? Donnez un exemple concret pour chaque application.

Réponse 1 :
- J’arrive à appliquer le RCC dans mes activités pédagogiques en l’utilisant pour évaluer le niveau de départ de mon public (évaluation prosnostique : test de niveau), pour réguler son action de formation pendant le processus de l’enseignement (évaluation sommative : devoir de contrôle continue et périodique), pour faire la synthèse de son action pédagogique à la fin du processus de formation (évaluation sommative : test d’évaluation semestriel ou examen blanc).
- Je me sert également du RCC pour constituer une matrice d’évaluation au profit de la révision des acquis des élèves et de l’élaboration du test d’évaluation sommative.
♥♥♥
Question 2 : Pourquoi, d’après vous, faut-il appliquer la démarche opératoire-cognitive dans l’enseignement pour bien respecter le RCC ?

Réponse 2:
On sait que la démarche opératoire-cognitive met l’accent sur l’autonomie et la créativité de l’apprenant. Et pour bien respecter le RCC dans l’enseignment, il est certainement nécessaire d’appliquer cette démarche.
♥♥♥

Question 3 : Pour bien respecter cette démarche, quelles interactions doivent-ils effectuer l’élève et l’enseignant ? Visent-elles à accomplir quelles tâches ? Et par quels moyens ou avec quels outils ?

Réponse 3:
Pour bien respecter cette démarche , l’enseignant doit réserver plus de temps à l’ensemble des interactivités de la classe ; à des séries de questions/réponses à l’ensemble de la classe (en distinguant les questions référentielles d’information et de contrôle) ; à du travail de groupe ou par deux qu’à du travail individuel. Il veille à appliquer la pédagogie de projet et/ou la pédagogie de l’erreur. Quant aux élèves, ils doivent participer activement au processus d’apprentissage en coopérant avec l’enseignant et les autres élèves.
Voici quelques quels moyens et outils nécessaires :
- Support pédagogique : CD, lecteur, projecteur, ordi, etc.
- La fiche pédagogique et la fiche d’élève  pour mettre en œuvre son projet pédagogique (en maints scénarios) et pour bien guider le travail d’élèves.
- La matrice d’évaluation et la bande de données  pour mesurer le résultat de ses élèves et élaborer le test d’évaluation.
- Le portfolio d’élève et la fiche d’auto-évaluation  pour aider les élèves à bien déterminer le projet d’étude au début de l’année, pour orienter, mesurer et réguler son apprentissage après chaque période de formation.
♥♥♥

Question 4 : Pourquoi, doit-on appliquer simultanément les trois pédagogies (pédagogie différenciée, pédagogie de projet, pédagogie de l’erreur) en fonction de l’application de l’approche par compétences ? L’application des ces pédagogies exclusent-elles les autres approches ou méthodes ?

Réponse 4:
Tout d’abord, je voudrais aborder ce que c’est l’approche par compétences. En effet, ce qui caractérise l’approche par compétences, c’est que les objectifs d’enseignement n’y sont plus de l’ordre de contenus à transférer mais plutôt d’une capacité d’action à atteindre par l’apprenant. Une compétence ne se réduit ni à des savoirs, ni à des savoir-faire ou des comportements. Ceux-ci ne sont que des « ressources » que l’élève ne doit d’ailleurs pas forcément « posséder », mais qu’il doit être capable de « mobiliser » d’une façon ou d’une autre, en vue de la réalisation d’une tâche particulière. Une compétence, dit l’un des promoteurs de cette approche, est « une réponse originale et efficace face à une situation ou une catégorie de situations, nécessitant la mobilisation, l’intégration d’un ensemble de savoirs, savoir-faire, savoir-être... » [Bosman et al. 2000].
A partir de cette définition, on sait bien que cette approche vise à la réalisation d’une tâche particulière et à la mobilisation de la part des élèves, à l’intégration d’un ensemble de savoirs, savoir-faire, savoir-être. De plus, la pédagogie de projet induit un ensemble de tâches dans lesquelles tous les élèves peuvent s’impliquer et jouer un rôle actif. Par ailleurs, l’erreur est vraiment formatrice parce que la conscience de l’erreur donne une capacité de remise en cause et d'adaptation tandis que l’approche différenciée considère l’élève comme intérêt central et elle vise au développement personnel de l'enfant. Et l’application simultanée de ces trois pédagogies contribue à l’accès de l’approche par compétences.
Il faut tout d’abord rappeler les 3 notions pédagogie de projet, pédagogie différenciée et pédagogie d’erreur.
La pédagogie de projet fait passer des apprentissages à travers la réalisation d'une production concrète.
La pédagogie différenciée part du constat que dans une classe, un professeur doit enseigner à des élèves ou des étudiants ayant des capacités et des modes d'apprentissages très différents. Elle tente de donner une réponse à cette hétérogénéité des classes par des pratiques adaptant à chaque élève les programmes d'études, l'enseignement et le milieu scolaire. Bien souvent, l'enseignant ne va plus être le centre de la classe mais va mettre l'enfant ou l'activité comme intérêt central.
La pédagogie d’erreur prétend que les erreurs des élèves soient prises en compte par l'enseignant. En effet, l'erreur n'est plus la manifestation d'une non-connaissance qu'il convient d'ignorer ou de corriger immédiatement, mais d'une connaissance inadéquate sur laquelle la connaissance correcte va pouvoir être construite.
Malgré les points forts de ces 3 pédagogies, on ne peut pas nier les avantages des autres pédagogies.
La pédagogie active a pour objectif de rendre l'apprenant acteur de ses apprentissages, afin qu'il construise ses savoirs à travers des situations de recherche.
Dans la pédagogie de groupe, on distingue les groupes de niveaux, de besoins, d'affinité, de compétition, etc. Les techniques de groupes d'apprentissage sont diverses63 : brain-storming (remue-méninges), panel (discussion), Phillips 6.6. (six personnes, six minutes), intergroupes (nouveaux regroupements des membres des équipes précédentes)...
La pédagogie documentaire signifie l’autonomie de l’élève. En effet, l’élève n’attend pas qu’on lui délivre un savoir, il va lui-même se l’approprier en cherchant l’information dans des documents, et en la restituant selon ses attentes, ses besoins. La pédagogie documentaire vise également le développement de l’esprit critique de l’élève car apprendre avec des documents, c’est apprendre à valider l’information, apprendre à reconnaître la pertinence d’un document par rapport à une manne documentaire accrue avec le développement des technologies de l’information et de la communication. Enfin la pédagogie documentaire a pour objectif immédiat l’utilisation des outils d’un centre de ressources par l’élève, puisqu’avant de pouvoir apprendre avec des documents, il faut au préalable maîtriser les outils de recherche, par exemple le logiciel documentaire d’un établissement scolaire, ou un moteur de recherche sur internet. La pédagogie documentaire vise ainsi l’acquisition d’une méthode de recherche documentaire.
IL y a encore beaucoup d’autres pédagogies qu’on peut appliquer dans l’enseignement/apprentissage.
♥♥♥

Question 5 : Que pensez-vous du terme « professionnalisation de la formation continue des enseignants » ? Quelles activités devons-nous faire pour effectuer cette tâche professionnelle ? Précisez les objectifs et les relations réciproques de ces activités de formation ?

Réponse 5 :
« Professionnalisation de la formation continue des enseignants » est un terme presque nouveau qui apparaît en raison de l’exigence réelle de la situation d’enseignement / apprentissage. Face à cette situation, la formation continue des enseignants s’impose et il est ainsi nécessaire de professionnaliser des enseignants (développement des compétences et des identités professionnelles). Les enseignants, au cours de cette formation continue arrivent à améliorer la qualité de l’enseignement / apprentissage du français en s’offrant des outils qui leur permetteront de choisir, dans leur classe, les démarches les plus efficaces pour favoriser l’apprentissage ; à faciliter la mise en application des principes pédagogiques décrits dans le Cadre européen commun de référence pour les langues ; à renforcer leur motivation et celle des apprenants.
Pour que cette tâche professionnelle soit effectuée d’une manière méthodique, je pense qu’il faut une coopération positive de la part des enseignants avec l’enseignant de ressources et avec l’AP du SEF.


FIN-----------------------------------------------------

le thi phuong my

Tổng số bài gửi : 1
Join date : 18/11/2010

Xem lý lịch thành viên

Về Đầu Trang Go down

Xem chủ đề cũ hơn Xem chủ đề mới hơn Về Đầu Trang


 
Permissions in this forum:
Bạn không có quyền trả lời bài viết